Madame Violet Evergarden, pouvez-vous écrire cette lettre ?

Cher lecteur,

 

Je ne sais à qui cette lettre sera adressée, perdue dans ce flot infini de données, noyée dans cette tempête au bruit sourd et continu, captif de ce vaisseau des temps anciens.

Ce soir, cher inconnu, je voulais te présenter quelqu’un ; ou plutôt son histoire. Une histoire que l’on m’a comptée jadis et qui m’avais divertie sur le moment, mais qui ne m’avais pas autant chamboulé qu’aujourd’hui.

Cette histoire, c’est celle d’une jeune fille dénuée de sentiments, vouée à la guerre pour ses aptitudes aux combats et son obéissance religieuse aux ordres de son maître. Cette fille était telle qu’elle n’avait pas de nom. Elle était simplement qualifiée « d’arme ».

Un jour, elle fut confiée à un homme qui voyait en elle plus qu’une simple machine. Il lui appris à lire et lui donna même un nom : Violet. Bien que la guerre pris fin, celle-ci lui priva de ses deux bras et lui retira la vie de son protecteur qui lui donna un dernier ordre : « Vie et soit libre ».

Incapable de savoir ce qu’elle allait faire ensuite, doté de nouveaux membres de fer et d’acier et privée de ses seuls raisons de vivre, elle devint scribe … Ou plutôt poupée de souvenirs automatiques comme le veut l’appellation. Cela afin de transmettre des messages dans un nouveau monde qui n’a plus que la plume comme moyen d’expression.

Elle allait ainsi, à travers les histoires de ses clients, essayer de retranscrire leurs émotions et, peut-être, tenter de comprendre les siens.

Mais mon encre étant limitée, je préfère que vous découvriez le reste par vous-même. La pièce est encore jouée sur Netflix, la suite de l’histoire se nomme « Éternité et la poupée de souvenirs automatiques » et la fin a été projetée au cinéma.

Au-delà de la fiction, j’aimerais remercier le travail fourni par toutes les personnes de Kyoto Animation qui ont contribué à rendre ce chef d’œuvre aussi beau visuellement, et à rendre hommage à ceux qui ont péri lors de la tragédie du 18 juillet 2019.

Merci pour ces larmes, pour ses moments de joie et de tristesse, pour ces mots doux qui ont le pouvoir de panser les blessures de mon cœur.

 

Merci Violet Evergarden.

Twitter, la jungle que l’on mérite

Il est 3h47, je n’arrive pas à dormir, c’est donc le meilleur moment pour écrire quelque chose sur un blog qui n’a pas reçu de mise à jour depuis plus de quatre ans non ?

Autant prévenir d’avance, ce billet est plus une introspection qu’autre chose. Comme, par définition, une introspection est totalement dépendante du sujet, il va falloir du contexte … Beaucoup de contexte x)

Continuer la lecture